Des étudiants lillois sur le terrain trébéen tout comme l'équipe chargée de construire le Trèbes de demain

Affichages : 168

DSC 4133 2Dans le cadre de leurs études, une trentaine d'étudiants de l’UFR géographique de l’Université de Lille se sont retrouvés à Trèbes.
Tous les ans, soit en France, soit à l'Étranger, les futurs diplômés effectuent un voyage d'étude suivant le thème choisi pour leur formation. 
Philippe Lahousse, directeur adjoint de l’établissement lillois, expliquait : " le choix de Trèbes s'imposait vu le programme de cette année : les risques naturels..."
Avant de se rendre compte de leurs propres yeux des dégâts causés lors de cette terrible nuit d'octobre 2018, en mairie, ils écoutaient et échangeaient avec Eric Ménassi,le Maire, Florian Maugard, DGS, Patrice Leplat, Adjoint à l'Urbanisme. "La nature est plus forte que nous, il faut donc nous adapter, accompagner les sinistrés tout en se projetant vers l'avenir pour rebondir du mieux possible... mais on ne retrouvera pas ce que l'on avait avant, les habitants ont subi un vrai traumatisme...élus et citoyens doivent s'imprégner de cette culture du risque", c'était une constatation unanime.
Alberto Giorgiutti, Urbaniste - Paysagiste, représentant le cabinet lyonnais Tekhnê Architecture, sélectionné dernièrement, suite aux appels d'offres, par la municipalité prenait également part à la discussion. Son travail va se décliner en plusieurs étapes avec le devoir de positiver les contraintes à venir tout en gardant en mémoire ce que s'est passé.
Le "Trèbes de Demain" est un engagement sur les décennies à venir, un travail pour nos enfants et petits-enfants dont l'un des but est de sécuriser les populations. Ces risques majeurs n'existaient pas il y a 30 ans et pour vivre avec cette évolution du climat, il faut l'anticiper.
Lors de la réunion publique, inter-active, qui terminait la journée, Alberto Giorgiutti parlait d'ambition et reconstruction urbaines, aujourd'hui rien n'est arrêté excepté pour deux franges particulièrement impactées. A propos de ces deux îlots, le fond Barnier était longuement évoqué en présence d'un représentant de la DDTM. Ce fond permet une acquisition à l'amiable des biens qui rentrent dans ses critères : hauteur d'eau et impact des crues, etc...

Cette première rencontre avec cette équipe d'architectes, ingénieurs et hydrologues permettait de faire la connaissance de ceux qui parlaient de plan-guide de ce qui va se faire mais aussi un plan pertinent de mise en sécurité avec une vraie qualité de vie et qui ont besoin d'entendre les trébéens. 
Des questions émanaient du public :
Comment allez-vous financer tout çà ? L'État va accompagner tout ce qui est sécurisation, une programmation d'investissements sur plusieurs années va être chiffrée.
Les réflexions sur un système d'alerte le plus opérationnel possible sont en cours...
A Trèbes, les gros dégâts sont sur le domaine public, piscine, voirie, ehpad, écoles... Les travaux de voirie vont commencer dès maintenant.
Le SMMAR (Syndicat Mixte des Milieux Aquatiques et des Rivières) va entreprendre les travaux de désembaclement sur le Bazalac, l'Orbiel et l'Aude...
Quoi qu'il en soit d’autres rendez-vous seront fixés secteur par secteur, la population trébéenne en sera bien entendu informée à l'avance.